Une version française de ce Résumé se trouve aux pages v à viii


In the late 1980’s, all industrialized countries, including Canada, were in the midst of a profound shift in their reliance on the porno production, communication, and consumption of information to create jobs, wealth and economic progress, i.e., the evolution of the information based society. It was felt that Canada had not responded to these changes with the same vigour as other advanced nations and with the same spirit that was evident in its past achievements in communications. There were concerns that Canada was being left behind in the world race towards ‘connectivity’ and the ‘knowledge economy’.

The vision then redtube was to connect Canada ‘from sea to sea’ using the new ‘information highway’ to unite and inspire Canadians in a manner similar to the ‘national dream’ of the railway a century before. In light of this situation, Industry Canada began to investigate the feasibility of establishing a national high-speed communications network for use by the Canadian research, development and education communities, and by the Canadian Information Technology (IT) industry. They commissioned a study of the economic, technical and implementation issues involved in sexe creating a new national network. Industry, government, and the academic community expressed a need and an overall enthusiasm for the proposed network. The academic community, in particular, was very vocal about the necessity of such a network to the success of their research and their continued participation in the international community of scholars. They also pointed out the substantial benefits to Canadian education. The IT industry was also very supportive of the concept. Most Canadian companies were not able to afford their own test networks.
They saw the proposed xhamsters network as an excellent vehicle to determine market demand for new products, test new technologies and demonstrate to world markets the success and value of their products.

Building on the enthusiasm for a national network that was revealed by the feasibility study, the Canadian Advanced Network for Research, Industry and Education (CANARIE) was created in 1993 as an industry-led, not-for-profit consortium with xvideos support from Industry Canada and some 120 member companies, universities and organizations in the public and private sectors. CANARIE’s mission was to accelerate Canada’s development and use of advanced Internet technology by facilitating the widespread adoption of faster, more efficient networks and by enabling the next generation of advanced products, applications and services to run on them, thus fostering long-term productivity and improvements to our standard of living. Over the next decade, CANARIE would have a critical role to play in closing the gap between Canada and our international competitors by facilitating and coordinating the broad spectrum of stakeholders that would contribute to, and make use of, the Information Highway and youporn the information revolution.

CANARIE activities would support the upgrade of the existing Research and Development (R&D) and education national backbone network to progressively higher bandwidths and stimulate the development of products, and markets for those products, on the Information Highway. In addition, CANARIE was to help Canada move towards a learning culture and enhance our capacity to acquire new skills and knowledge. In these ways, CANARIE would contribute to the economic and social development of Canada in the 21st Century. Both in terms of its impetus and its implementation, CANARIE has been about Canadians working together to improve connectivity and collaboration. From the beginning, CANARIE took on a strategic role in providing a focus for information highway related activities and a forum for discussion among stakeholders, helping to coordinate Canadian efforts and lever available resources.

At its inception, CANARIE was one of the few organizations in Canada with an interest in networking; this was to change dramatically over the next ten years.
Initially there were two networks; an operational network, CA*net, and a National Test Network (NTN). CA*net was transformed into a commercial operation, from a not-forprofit subsidized network, on April 1, 1997, two years ahead of schedule.

Canadian telecommunications carriers have acknowledged the important role played by CANARIE in accelerating their provision of commercial advanced data communication services.

The NTN was established as a high-speed experimental network for use by the information technology industry for the development and testing of next generation networking technologies, products, applications, software and services. It was to evolve through a number of versions. The NTN became CA*net II in June 1997 with an increase in the network’s speed by a factor of three and an increase in reach to every province
and territory in Canada.

CA*net 3 was the world’s first all optical, broadband network and provided bandwidth capacities ranging up to 30 Gbits/sec, half a million times the capacity of Canada’s research network in 1993. CA*net 4 yielded a total initial network capacity of between four and eight times that of CA*net 3 through a series of point-topoint
optical wavelengths. CA*net 4 embodied the concept of a ‘customer-empowered network’ that places dynamic allocation of network resources in the hands of end users and permits a much greater ability for users to innovate in the development of networkbased

The value of a high-speed network is dependent on the applications that speed enables.
Where the physical infrastructure provides the power of the network, applications provide the intelligence. CANARIE has been central to Canadian network application development through a comprehensive set of contribution programs that facilitated the country’s innovators in research, learning, business, and health in overcoming barriers to the widespread adoption of advanced networks and applications. The multi-phased advanced applications program has supported hundreds of R&D projects involving literally thousands of individuals and organizations. Small and Medium sized Enterprises (SMEs) receiving support under the program were able to undertake research and development that was too risky or expensive for them to consider otherwise. The interesting work provided by such projects helped to retain highly skilled labour in Canada.

While the primary role of CANARIE has been funding the development of network technology and applications, CANARIE has added value to projects well beyond their monetary contribution. They have assisted in the development of sustainable business models and technical standards; their numerous conferences and workshops have provided a valuable venue for knowledge diffusion, the creation of new partnerships and the development of new communities of interest; and their project management support has enabled many new ventures to develop in-house capabilities that are being applied to other projects and activities.

By building faster networks and smarter applications, the ultimate goal of CANARIE has been to make Canada a richer nation – and CANARIE has been eminently successful in achieving that goal. While economic wealth has been a very important component, ‘richness’ in the CANARIE context means much more – CANARIE has also made valuable contributions to Canadian society and our national identity. CANARIE has continued to make social contributions in areas such as education, research, health care, and culture. CANARIE has been a powerful force in helping to
establish the Canadian identity and connect Canadians to each other and the world. In e-business, e-health, e-learning, and intelligent systems, a major achievement of the program has been the promotion and facilitation of collaboration among organizations and individuals in creating network applications. Since the establishment of CANARIE in 1993, Canada’s IT environment has undergone a significant evolution. With the successes of CANARIE and major advances in private sector national networks, Canada no longer lags in the development of its communications infrastructure – the primary reason for CANARIE’s creation. Indeed, Canada is now one of the most wired nations in the world with the lowest Internet access costs among G7 countries.

However, the development of high-speed networking is far from over; the race continues and Canada will need to work hard to maintain its position. The objectives of CANARIE
continue to be relevant, especially given the goals and targets outlined in ‘Canada’s Innovation Strategy’. The target of moving from 15th to 5th in international rankings of R&D performance will require the infrastructure and applications development that CANARIE has initiated and supported.
Canadian stakeholders contacted during the most recent evaluation of CANARIE indicated that federal support of advanced network applications and content Hickling·Arthurs·Low iv Executive Summary development (e-business, e-learning, e-health, and intelligent systems) should continue.

The lessons of the past 15 years may provide some guidance in determining the best strategy forward for those next charged with the task of leading Canada’s advanced networking efforts.
Over the past decade, CANARIE has shown that it has the knowledge, experience, and credibility to continue in its role of facilitating Canadian advanced networks. The new government has highlighted in the recent Speech from the Throne the importance it attaches to information and communications technologies as drivers of innovation and productivity. CANARIE has, since its creation, demonstrated its value in pushing the
frontiers of these technologies and can be a true asset to the government’s intent to enhance Canada’s capabilities in this crucial area.

Vers la fin des années 80, tous les pays industrialisés, dont le Canada, ont été confrontés à une véritable révolution dans la manière dont on produisait, communiquait et exploitait l’information pour créer des emplois, multiplier les avoirs et faire prospérer l’économie
nationale – ce qu’on a par la suite appelé l’avènement de la société de l’information. L’impression à ce moment était que le Canada n’avait pas réagi au phénomène avec la même énergie que les autres nations industrialisées, ni avec l’enthousiasme qui transpirait de ses réalisations passées dans le domaine des télécommunications. On craignait que le Canada finisse en queue du peloton dans la course mondiale vers la
« connectivité » et l’« économie du savoir ». Est alors née l’idée de connecter le pays « d’un océan à l’autre » en utilisant la nouvelle « autoroute de l’information » pour unir et motiver les Canadiens, un peu comme l’avait fait le « rêve national » du chemin de fer un siècle auparavant.

L’industrie des TI

L’industrie des TI
L’industrie des TI

Face à cette situation, Industrie Canada a envisagé la création d’un réseau de communication national à haute vitesse que l’on mettrait à la disposition des secteurs de la recherche, du développement et de l’éducation ainsi que de l’industrie canadienne des technologies de l’information (TI).

Le Ministère a commandé une étude sur les problèmes économiques, techniques et pratiques que pourrait soulever l’implantation d’un tel réseau. Le projet a enflammé l’industrie, les administrations publiques et le milieu universitaire qui estimaient avoir besoin d’un réseau de ce genre. Les universités surtout ont clairement indiqué que la réussite de leurs recherches et leur participation au mouvement universitaire international en dépendaient. Elle ont souligné les retombées appréciables qu’un tel réseau aurait sur l’éducation au Canada.

L’industrie des TI
appuyait elle aussi vigoureusement le projet. En effet, peu d’entreprises canadiennes avaient les reins assez solides pour se doter d’un réseau expérimental bien à elles. Pour la majorité, le réseau à l’étude constituait un excellent moyen pour évaluer la demande de nouveaux produits, mettre de nouvelles technologies à l’essai et illustrer l’utilité et la
valeur de leurs produits au reste du monde. Dans l’enthousiasme que l’idée d’un réseau national avait suscité lors de l’étude de faisabilité, un consortium sans but lucratif piloté par l’industrie a vu le jour en 1993,
avec l’aide financière d’Industrie Canada et d’environ 120 entreprises, universités et Hickling·Arthurs·Low vi Résumé organismes des secteurs public et privé qui en étaient membres.

Le Réseau canadien pour l’avancement de la recherche, de l’industrie et de l’enseignement ou CANARIE (pour Canadian Advanced Network for Research, Industry and Education) était né. Le nouvel organisme avait pour mission d’intensifier le développement et l’exploitation des technologies de l’Internet évolué au Canada en favorisant l’introduction générale de réseaux plus rapides et plus efficaces ainsi qu’en facilitant l’exploitation des produits, des applications et des services de pointe de la prochaine génération sur ces réseaux, dans l’espoir qu’il en résulterait une productivité à long terme et un relèvement du niveau de vie. La décennie suivante, CANARIE jouera un rôle déterminant dans les efforts déployés par le Canada pour rattraper les pays qui lui livraient concurrence en orchestrant et facilitant le travail de maints intervenants qui concourront au développement et à l’exploitation de l’autoroute de l’information, de même qu’à la révolution de l’information. Par ses activités, CANARIE conduira à une meilleure infrastructure du réseau national de la recherche et développement (R-D) et de l’éducation, qui utilisera une largeur de bande de plus en plus élevée et alimentera la création de produits et de marchés pour ces produits via l’autoroute de l’information. CANARIE aidera de surcroît le Canada à se doter d’une culture du savoir et sa population à acquérir plus aisément de nouvelles compétences et connaissances. C’est ainsi que CANARIE concourra au développement économique et social du Canada au XXIe

Derrière le dynamisme et la démarche de CANARIE se cachent des Canadiens déterminés
à œuvrer de concert pour faire progresser la connectivité et la collaboration. CANARIE s’est donné d’emblée un rôle stratégique en se voulant à la fois plaque tournante pour
les activités associées à l’autoroute de l’information et tribune pour les intervenants. II a aidé les Canadiens à coordonner leurs efforts et à rassembler les ressources disponibles.

À sa fondation, CANARIE figurait parmi les rares organismes à s’intéresser à la réseautique; la situation devait changer de manière radicale au cours des dix années suivantes.
Au départ, le Canada disposait de deux réseaux : un opérationnel (CA*net) et un expérimental (le Réseau d’essai national ou REN). Le 1er avril 1997, soit deux ans avant la date prévue, CA*net abandonnait sa défroque de réseau sans but lucratif subventionné par l’État pour devenir un réseau exploité commercialement. Les sociétés de
télécommunication canadiennes ont reconnu le rôle majeur que CANARIE a joué dans un déploiement accéléré des services commerciaux de pointe pour la transmission de

Le REN avait été conçu pour servir de réseau expérimental à haute vitesse à l’industrie des technologies de l’information et l’aider à élaborer puis à tester les technologies, les produits, les applications, les logiciels et les services en réseautique de la prochaine génération.

Ce réseau allait changer plusieurs fois au cours de son histoire. En juin 1997, le REN devenait CA*net II et voyait son débit tripler alors que sa couverture s’élargissait
à l’ensemble des provinces et des territoires canadiens. Par la suite, CA*net 3 devenait le premier réseau à large bande entièrement optique au monde, avec un débit atteignant
jusqu’à 30 Gbits /seconde, soit un demi-million de fois plus élevé que celui de son
prédécesseur, en 1993. À présent, la capacité de CA*net 4 se situe entre quatre et huit fois celle de CA*net 3 grâce à une série de routes optiques point à point. CA*net 4 Hickling·Arthurs·Low Résumé vii
concrétise le concept du « réseau habilité par l’utilisateur » en vertu duquel l’utilisateur en bout de ligne affecte de manière dynamique les ressources du réseau, ce qui lui donne par la même occasion beaucoup plus de latitude pour inventer des applications novatrices exploitables sur réseau.


L’utilité d’un réseau à haute vitesse dépend des applications dont son débit permet l’exploitation. Si l’infrastructure physique est la source de la puissance du réseau, les applications en constituent l’intelligence. CANARIE est demeuré au cœur du développement des applications pour réseau au Canada en mettant sur pied un jeu complet de programmes de financement qui ont aidé les innovateurs du pays dans les secteurs de la recherche, de l’apprentissage, des affaires et de la santé à abattre
les obstacles à une vaste adoption des réseaux et des applications de pointe. Au fil de ses diverses phases, son Programme des applications de pointe a soutenu des centaines de projets de R-D auxquels ont concouru littéralement des milliers de personnes et d’organismes.

Les PME bénéficiant d’une aide financière dans le cadre de ce programme ont pu s’engager dans des travaux de recherche et de développement qu’elles n’auraient pu envisager autrement, en raison de leurs risques ou de leur coût. L’intérêt suscité par le travail effectué dans le cadre de ces projets a fait en sorte que la main-d’œuvre très compétente demeure au pays.

Quoique son rôle primordial consiste à financer l’élaboration de technologies et d’applications destinées aux réseaux, CANARIE a apporté beaucoup aux projets et de diverses manières. En effet, l’organisme a facilité l’élaboration de modèles commerciaux durables et de normes techniques; il a organisé une multitude de colloques et d’ateliers
qui ont concouru à la diffusion du savoir, à la genèse de partenariats et à la naissance de communautés d’intérêt; enfin, en encadrant les projets au niveau de la gestion, il a permis à maintes jeunes entreprises d’acquérir des capacités qu’elles appliquent désormais à d’autres projets ou activités.

En bâtissant des réseaux plus rapides et des applications plus évoluées, CANARIE cherchait à faire du Canada une nation plus prospère – et il a réussi au-delà de tous les espoirs. Si la prospérité de l’économie revêt une grande importance, le terme « prospère » dans ce contexte implique davantage, car CANARIE a beaucoup apporté à
la société canadienne et à l’identité nationale.

CANARIE a poursuivi ses contributions à la société dans divers domaines tels l’éducation,
la recherche, la santé et la culture. L’organisme s’est avéré un outil puissant, aidant le Canada à trouver son identité et les Canadiens à se rejoindre et à se connecter au reste de la planète. Dans les volets « affaires électroniques », « cybersanté », « cyberapprentissage » et « systèmes intelligents » de son programme, l’une de ses plus grandes réalisations a sans nul doute été de promouvoir et de faciliter la collaboration entre les organismes et les particuliers afin de les amener à créer des applications pour

Depuis la fondation de CANARIE en 1993, le monde canadien des TI a considérablement changé. Avec les succès de CANARIE et les avances majeures qu’on connues les réseaux nationaux du secteur privé, le Canada ne tire désormais plus de l’arrière au niveau de l’infrastructure des télécommunications – la raison principale pour laquelle CANARIE
Hickling·Arthurs·Low viii Résumé avait vu le jour.

À dire vrai, le Canada est maintenant l’une des nations les mieux branchées au monde, et il en coûte moins cher que partout ailleurs dans les pays du G7 pour accéder à Internet.
Les réseaux à haute vitesse n’ont toutefois pas fini d’évoluer, loin de là. La course se poursuit et le Canada devra travailler dur pour garder sa place. Les objectifs de CANARIE demeurent pertinents, surtout dans le contexte des buts et des objectifs énoncés dans la Stratégie canadienne de l’innovation. Pour passer du 15e au 5e rang au niveau du rendement de la R-D dans le monde, notre pays aura besoin de l’infrastructure et des
applications dont CANARIE a lancé et soutenu le développement.
Les intervenants canadiens interrogés lors de la plus récente évaluation de CANARIE estiment que l’État devrait continuer de financer le développement d’applications et de contenu pour les réseaux de pointe (affaires électroniques, cyberapprentissage, cybersanté et systèmes intelligents).

Les leçons tirées des quinze dernières années
pourraient nous aider à échafauder la stratégie qui aidera le mieux ceux qui prendront la relève et piloteront le Canada dans ses efforts pour faire progresser la réseautique. Au cours de la dernière décennie, CANARIE a prouvé qu’il possédait les connaissances,
l’expérience et la crédibilité voulues pour persévérer dans sa tâche, c’est-à-dire favoriser l’essor des réseaux de pointe au Canada. Dans son discours du Trône le plus récent, le gouvernement canadien mettait en relief l’importance des technologies de l’information et des communications comme moteur de l’innovation et de la productivité. Depuis sa fondation, CANARIE a démontré son utilité en repoussant les frontières de ces technologies et est devenu un véritable atout qui aidera l’État à arriver à ses fins en renforçant les capacités du pays dans ce domaine capital.